Catégorie : Perles à lire

Le Power Patate Tour à Lyon

IMG_2626

J’ai découvert la psychologie positive en ce début d’année 2015. Un peu par hasard en fait. Sur une aire d’autoroute, dans la boutique de la station (comme quoi, entre Playboy et les modèles de points de croix, on peut trouver son bonheur…!). Alors que nous partions en famille quelques jours, je m’aperçois, oh malheur, que je n’ai pas emporté mon bouquin du moment. Qu’à cela ne tienne, tiens, cette couverture (3 kifs par jours) a l’air sympa. J’avais repéré le titre à sa sortie, sans plus. Mais là, on peut dire que je suis littéralement tombée dedans ! Une formidable porte d’entrée qui m’a réellement donnée envie d’approfondir, de prolonger la découverte et le plaisir en allant plus loin. Je pense que je n’en ai pas terminé avec cette découverte !

Ca arrive à point nommé pour moi, une chance, un cadeau, la Providence ou Sérendipité, c’est selon.

IMG_2624

C’est donc tout naturellement qu’hier j’ai eu envie d’aller écouter la talentueuse, délicieuse et fabuleuse Florence Servan-Schreiber, auteur du titre sus-mentionné ainsi que de Power Patate. Soirée poursuivie en participant à son atelier aujourd’hui. Je vous propose aujourd’hui un début de résumé de l’atelier. Je complèterai bientôt et je reviendrai aussi sur la conférence d’hier.

Savoir détecter ses super pouvoirs !
Tout un programme en somme, peut-être bien celui d’une vie ?

Pour résumer rapidement (très, trop rapidement), la psychologie positive est une discipline très récente, qui a été développée suite à la constatation suivante : « la psychologie est malade de sa recherche ». On trouve une kyrielle de recherches et d’articles sur nos maux de l’âme et sur les pathologies psychiques, quelles qu’elles soient. A l’inverse il n’existe pas d’étude expliquant pourquoi on va bien et comment on fait pour aller bien, bref aucune recherche de « psychologie préventive ».

Les pères de la psychologie positive (Seligman, Peterson, Myers) ont mis en évidence 24 forces de caractères reconnues pour être universelles.
Pour connaître l’ordre des vôtres, vous pouvez faire le test sur le site viacharachter.org, vous entrez et choisissez votre langue ensuite.

Pourquoi est-il très utile de connaître nos forces de caractère ? C’est avec nos cinq premières que nous allons vivre le meilleur de notre vie. C’est quand nos forces de caractère les plus prégnantes peuvent être exprimées que nous nous sentons vivants, que nous nous sentons vibrer, que nous nous sentons à notre place. Les connaître nous aide aussi à nous comprendre, à comprendre notre fonctionnement et cela nous permet de nous en servir pour arriver à nos objectifs. Appuyons-nous donc sur elles et nous serons plus heureux !

L’idée développée par Florence Servan-Schreiber est que cela nous prendrait trop de temps et d’énergie de corriger nos défauts. Alors autant nous servir de ce qui fonctionne bien chez nous et de nos forces. C’est beaucoup plus simple, cela nous demande moins d’énergie et nous sommes beaucoup plus vrai. Les super pouvoirs, c’est se servir de nos qualités. Nous développons une énergie particulière quand on ne voit pas l’effort ! Le moyen le plus court d’arriver à nos objectifs, c’est de le faire avec nos premières forces de caractère. Cela paraît logique, encore fallait-il y penser et encore faut-il veiller à ne pas nous comparer avec ce/ceux que nous ne sommes pas…

Merci Florence pour ces instants de bonheur partagés !
Vivement les prochains ateliers lyonnais !

Grand-Papy est parti ma Perlinette

Cette semaine Grand-Papy est mort. D’accord.

« Mais il est où maintenant ? »

Pas facile pour ma 4 ans de trouver les mots. Trouver des mots justes, simples mais authentiques et surtout honnêtes tout en évitant le choc brutal de la prise de conscience de la mort…

M’emmêlant dans ma propre tristesse, j’ai d’abord tout organisé pour qu’elle ne soit pas à l’enterrement. Entre « Il a rejoint les étoiles dans le Ciel » et « Il est dans la boîte en bois là-bas ma puce », j’avais du mal à me positionner, aucune de ces deux explications ne me convenant réellement et n’allait lui convenir non plus. La littérature jeunesse avec Au-revoir Blaireau ou Le grand-père de Tom est mort par exemple, m’a beaucoup aidé à trouver les mots que je redoutais tant. Puis j’ai réalisé que cela la concernait en premier lieu et qu’elle avait le droit de choisir. De venir ou non dire un dernier au-revoir à ce Grand-Papy plein d’humour. Son regard plein de reconnaissance quand je suis revenue sur mes pas en lui expliquant que j’avais un peu trop vite décidé pour elle alors qu’il n’y avait qu’elle pour savoir si elle avait envie de nous accompagner ou non… Cela m’a conforté. Elle a finalement choisi de rester à la maison. Mais cela venait d’elle…

Grand-Papy, un homme extra-ordinaire vient de nous quitter, un pan de notre Histoire avec lui… Une Histoire dont il ne garda aucun ressentiment. Un Homme qui vivait dans son temps, qui n’était pas resté figé dans le passé, qui avait la générosité et l’intelligence du coeur. Au-revoir Papy.

…Cela m’a rappelé qu’une autre histoire, quelque part sur une de nos étagères, une petite pépite n’avait pas encore été dévoilée à Perlinette. Une belle histoire l’attendait : Beau voyage de notre ami Samuel Ribeyron.

C’est simple, c’est beau, léger, poétique.

couv bv catalogue

« Pour faire le tour du monde, il faut une boussole dans son coeur et un compas dans l’oeil. Il faut connaître le nord, le sud, l’est, l’ouest et les cinq continents. Mon grand-père connaît tout ça depuis longtemps. C’est un aventurier mon grand-père, il a des ailes dans le dos. »

L’originalité des Editions Corridor réside dans le fait que le livre est accompagné d’un film d’animation (dvd) qui prolonge l’histoire.